Justice Militaires : quatre affaires inscrites au rôle concernant huit prévenus

Justice Militaires : quatre affaires inscrites au rôle concernant huit prévenus

La salle d’audience de la Direction de la Justice Militaire sise à Dar-Salam a servi de cadre, le mardi 09 juillet 2024, à l’audience ordinaire correctionnelle du Tribunal Militaire. Le banc du Ministère public était occupé par le Colonel Soumaïla BAKAYOKO. Comme dans toutes les audiences ordinaires correctionnelles, un Président de la cour (un conseiller de la cour d'appel de ladite localité) et 04 juges militaires étaient présents pour trancher ces affaires. L’objectif de cette audience était de fixer les présumés auteurs sur leurs sorts.

A l’ouverture de l’audience, 04 affaires étaient inscrites au rôle concernant 08 prévenus. La 1ère concerne un trafic et détention des stupéfiants, complicité et violation des consignes générales militaires par 02 militaires et 03 civiles. La 2ème, un cas de perte d'arme de guerre et violation des consignes générales militaires par un soldat de 2ème classe. La 3ème est une affaire d’usurpation de titre et de fonction, escroquerie et abus de confiance d'un civil se faisant passer pour un Colonel. Et enfin la quatrième, est un cas de vol et violation des consignes générales militaires impliquant un soldat de 2ème classe. Seule la 3ème inscrite au rôle à savoir, l’usurpation de titre et de fonction, escroquerie et abus de confiance, a pu être jugée tandis que les autres ont été renvoyées au 30 juillet prochain.

Selon le Colonel Soumaïla BAKAYOKO, l’audience correctionnelle permet de donner un exemple à ceux qui seront tentés de reproduire les mêmes actes. Pour les cas de vols et de violation de consignes générales militaires, le Colonel a souligné que, les différents prévenus pourraient écoper d’une peine allant de deux à cinq ans de prison si leur culpabilité est établie. Le Colonel BAGAYOGO a affirmé qu’il est regrettable de voir qu’il n’y a jamais eu une audience avec trois affaires inscrites au rôle sans des cas relatifs au vol d’armes et de munitions. Il a ajouté que le statut de l’Armée en vigueur stipule que, lorsqu’un militaire est condamné pour des questions de vol d’armes et de munitions de guerre, c’est la radiation. Il a signalé qu’en ce temps de conflit, ces armes peuvent tomber entre les mains ennemies et a exhorté les hommes à la vigilance dans la sécurisation du territoire. Le Colonel a signalé que les cas d’escroquerie et d'usurpation de titre sont relatifs au recrutement dans l’Armée. Enfin, il a rassuré que le Tribunal militaire continuera de poursuivre ses activités pour le plaisir de tout un chacun. A noter que malgré les condamnations des prévenus militaires, des cas de vols d’armes et de munitions existent toujours dans les rangs de l’Armée. Faut-il retenir qu’au cours de cette audience, le sort de ces prévenus sera débattu.

Sgt Dougo Aminata KONE


Nouveau commentaire

 Your Comment has been sent successfully. Thank you!   Rafraichir
Error: Please try again