ESJSC : Organisation des Journées Scientifiques des Sciences de l’Information et de la Communication

ESJSC : Organisation des Journées Scientifiques des Sciences de l’Information et de la Communication

L’Ecole Supérieure de Journalisme et des Sciences de la Communication a organisé, les 07 et 08 mai 2024, la 2ème édition des journées scientifiques des sciences de l’information et de la communication à son siège. Le thème de cette édition est : « Les médias face aux mutations en Afrique : enjeux, défis et perspectives ».

La rencontre s’est déroulée sous la présidence du ministre de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, le Pr Bouréma   KANSAYE en présence du ministre de la Communication et de l'Economie Numérique, Alhamdou AG ILYENE, de plusieurs cadres de l’information et de la communication.

Étaient présents aussi toute la crème des médias de la place et des étudiants en journalisme de ladite école, des panelistes venus du Congo Brazzaville, du Benin, du Niger et du Sénégal.

Le thème de ces journées a été reparti en plusieurs sous-thèmes qui ont été abordés par des éminents docteurs. Durant ces deux journées, plusieurs sous thèmes ont été élaborés, entre autres, le rôle des médias sociaux dans les mouvements de prestation et de changement en Afrique : le cas de l'Alliance des Etats du Sahel (Mali, Burkina Faso et Niger), l’Apport des médias à la stabilité sociopolitique de la Transition, la problématique du traitement médiatique de la crise diplomatique franco-malienne de janvier à août 2022 : une autocensure des médias maliens

Pour le directeur général de cette école, le docteur Aboubacar Abdoulwahide MAIGA, le thème de cette édition a suscité un véritable engouement, car il pose des questions centrales pour notre continent. Il n’y a nul besoin de rappeler que l'Afrique cristallise de plus en plus l'attention des médias du monde. “Nous sommes conscients que notre continent est devenu le champ d'affrontement exprimant un nouveau type de guerre difficilement perceptible mais dévastatrice, la guerre informationnelle” a-t-il rappelé.

Cependant, l'actualité, telle que nous la connaissons a fait des médias d'aujourd'hui de véritables sources de préoccupations pour nos Etats africains, en raison de leur utilisation détournée à des fins de propagande, de désinformation, de déstabilisation et de diffusion haineux ou de valeurs post humaines ou antivaleurs, opposées à nos intérêts. La prolifération des médias en ligne, surtout sur les réseaux sociaux, a rendu les choses encore plus complexes.

Pour le ministre de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, les africains sont les plus grands consommateurs de l'information à travers le monde, raison pour laquelle les différentes thématiques vont répondre aux enjeux, défis et perspectives dans une Afrique en pleine mutation. Il conviendra également de poser des questions sur le rôle de l'Afrique face aux enjeux géopolitique et de consommation de l’information.

Le ministre de la Communication et de l'Economie Numérique a exhorté les uns et les autres à s'approprier les thématiques qui constituent de nos jours un défi pour l'Afrique. Il a invité les médias d'être courageux et de défendre les intérêts de l'Afrique dans un monde en mutation.

A l'issue de ces deux journées, des recommandations ont été formulées. Il s'agit de formuler dans un cadre de réflexion sur les défis de dialogue en matière de communication, des discussions qui incombent aux médias dans un monde en mutation stratégique de communication ; l’attachement des médias aux intérêts patriotiques surtout en ce temps de lutte identitaire, géopolitique et géoéconomique etc. Que les médias soient un moyen de consolidation de la paix et de la cohésion et qu’ils aient un intérêt particulier pour les langues nationales pour une grande sensibilisation.

La remise des attestations a mis fin à la 2ème édition des journées scientifiques des sciences de l’information et de la communication. L'invité spécial, le Directeur de la DIRPA, le Colonel-major Souleymane DEMBELE a procédé à la remise des attestations à trois récipiendaires.

Il a invité les médias à faire preuve de patience et de retenue car la grande muette ne peut rendre au public une information opérationnelle sans être sûre de l’objectivité, de la véracité et de la portée de l’information.

SHC Alhassane ALDJOUMATI


Nouveau commentaire

 Your Comment has been sent successfully. Thank you!   Rafraichir
Error: Please try again